L affaire kabile site

AFFAIRE KABILE TRAFIC D'ORGANES - EL CASO KABILE tráfico de órganos - CONFÉRENCE DE PRESSE -MADRID

L'AFFAIRE KABILE 

EL CASO KABILE

¡Una historia abominable que nos puede pasar a todos si vamos al hospital!

Puede pasarte a ti, o a un miembro de tu familia, sí, a todos los que frecuentamos los servicios del hospital público.

En efecto, un día, la madre de Thierry Kabile que fue al hospital de Gonesse (95) por un simple problema en el tobillo, fue encontrada muerta.

Thierry Kabile denunciate, Philippe Fortabat Labatut abogado internacional y doctor en derecho, Fabrizio Nucera Giampaolo abogado de derecho civil e internacional, hacen una alerta internacional sobre el tráfico de órganos y el fraude del nombre legal.

En efecto, la ficción jurídica de Élianne Kabile, la mujer de carne y hueso, posee tres certificados de defunción para su entidad jurídica creados por la empresa República Francesa Siren 100.000.017. ¿Cómo es posible? Sólo se muere una vez.

Muchas gracias a Philippe, Thierry, Soraya y a Fabrizio y Alexandre, que se han ofrecido como voluntarios para alertar a la humanidad

L'AFFAIRE KABILE

Une histoire abominable qui peut arriver à chacun d'entre nous en se rendant à l'hôpital !

Cela peut t'arriver à toi, ou à un membre de ta famille, oui, à chacun d'entre nous qui fréquentons les services de l'hôpital public.

En effet, un beau jour, la mère de Thierry Kabile qui est allée à l'hôpital de Gonesse (95) pour un simple problème à la cheville, fût retrouvée morte.

Thierry Kabile lanceur d'alerte, Philippe Fortabat Labatut avocat international & docteur en droit, Fabrizio Nucera Giampaolo avocat en droit civil & droit international font une alerte internationale sur le trafic d'organes et la fraude du nom légal.

En effet, la fiction juridique d'Élianne Kabile, la femme de chair et de sang possède 3 actes de décès pour son entité légale créés par l'entreprise République Française siren 100 000 017. Comment est-ce possible ? On ne meurt qu'une seule fois.

Un grand merci à Philippe, Thierry, Soraya ainsi qu'à Fabrizio et Alexandre qui se sont portés volontaire pour alerter l'humanité.

Conférence de Presse Madrid - 11 janvier 2020

AFFAIRE KABILE TRAFIC D'ORGANES - EL CASO KABILE tráfico de órganos - CONFÉRENCE DE PRESSE -MADRID

Contact / Contacto

Fabrizio Nucera Giampaolo

Avocat Droit Civil - Droit International - Rome Italie

Abogado Derecho civil - Derecho Internacional - Roma Italia

Site : https://www.crocereale.it/contatti/

Mail : fgnucera@gmail.com

Philippe Fortabat Labatut

Avocat International - Docteur en Droit - Paris/San-Sebastian

Abogado Internacional - Doctor en Derecho

Site : https://www.fortabat-labatut.com/

Mail : fortabat-labatut@wanadoo.fr

Rappel de l'affaire Kabile : Les détails

ITW Thierry Kabile - Fraude du nom légal & Trafic d'organes à l’hôpital de Gonesse

Déclaration de non-consentement aux dons d'organes

Principe du "consentement présumé"

En France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d'organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus de donner.

Je te le traduis, en France les personnes/fictions juridiques/hommes de paille/Entités légales sont crééés par l'entreprise république française siren 100 000 017. C'est elle qui en est la créatrice et toi l'être humain tu n'es que l'administrateur de ce titre.

C'est parce que tu ne fais pas la différence entre toi l'être humain et la personne juridique qu'ils t'ont créée, qu'ils ont  pu t'inventer une loi de consentement tacite présumé, non promulguée par le Roi (selon l'article 1 du code civil), qui dit que tous leurs esclaves après avoir bien payé la dette toute leur vie, sont encore bon à faire des bénéfices. Et que ce pactol fait sur tes organes leur revient de droit.

En conséquence déclare ton refus de consentir à ce business de sheytan au registre national des refus parce que :

"Que se passe-t-il si le défunt n'a pas fait connaître son opposition de son vivant ?

Il ne revient pas aux proches de prendre la décision de s’opposer au don d’organes et de tissus à la place du défunt. Les proches sont dans une situation difficile si le défunt n’a pas fait précisément connaître son opposition. Le plus simple est donc de s’inscrire sur le registre national des refus pour s’assurer que son opposition sera respectée et soulager ainsi les proches dans un moment de deuil brutal."

Principio del "presunto consentimiento"

En Francia, la ley dice que todos somos donantes de órganos y tejidos, a menos que hayamos expresado en vida nuestra negativa a dar.


Lo traduzco, en Francia las personas/ficciones jurídicas/hombres de paja/entidades legales son creadas por la empresa república francesa Siren 100.000 017. Ella es la creadora y tú el ser humano eres el administrador de ese título.
Es porque no distingues entre el ser humano y la persona jurídica que te han creado, que han podido inventarte una ley de presunto consentimiento tácito, no promulgada por el Rey (según el artículo 1 del Código Civil)que dice que todos sus esclavos después de haber pagado bien la deuda toda su vida, todavía son buenos para hacer beneficios. Y que este pactol hace que tus órganos les pertenezcan por derecho.

En consecuencia, declara tu negativa a aceptar este negocio de sheytan en el registro nacional de denegaciones porque:
"¿Qué pasa si el fallecido no ha dado a conocer su oposición en vida?

No corresponde a los familiares tomar la decisión de oponerse a la donación de órganos y tejidos en lugar del difunto. Los familiares se encuentran en una situación difícil si el difunto no ha dado a conocer su oposición. Por lo tanto, lo más sencillo es inscribirse en el registro nacional de denegaciones para asegurarse de que su oposición será respetada y aliviar así a los familiares en un momento de luto brutal."

Déclaration du professeur Jean-Louis TOURAINE/Touraine en roue libre, y a pas de respect de l'humain, no pitié in business !

Jean-Louis Touraine : "Certaines des équipes de prélèvement, faute d'une formation suffisante, demandent à la famille d'un défunt ce qu'ils pensent d'un éventuel don.

Pourtant, dans les autres pays qui appliquent le principe de consentement présumé, on ne demande pas aux familles ce qui doit être fait selon eux. Mais plutôt : quelle était l'opinion de la personne, de son vivant ? Est-ce qu'il s'est inscrit dans un registre de refus, a-t-il écrit un document pour dire qu'il était contre ?

Si ce n'est pas le cas, il doit y avoir prélèvement.
Or, ce n'est pas ce qu'il se passe chez nous. C'est une erreur de demander l'avis de la famille. Parce que quand il y a cinq ou six personnes dans une famille, il y en a souvent un qui a des états d'âme pour des raisons diverses. Et il suffit qu'il y ait une personne qui soit opposée au prélèvement pour que tout le processus capote..."

"...Quelquefois, il peut y avoir des réticences d’origine culturelle ou religieuse, bien sûr. Cependant, j’observe un autre phénomène, cette fois du côté des soignants. Il y a des équipes de prélèvements qui pratiquent une sorte d'auto-censure, qui ne parlent pas aux personnes d'origines étrangères de la nécessité du prélèvement."

"J’entends parfois dire que cela coûterait cher de remédier à cette situation. Or, le plus incroyable, c’est que l’augmentation des prélèvements, en plus de permettre de sauver des vies humaines, rapportera un bénéfice financier à l’Etat. Si nous parvenons à gonfler le nombre de transplantations rénales pour ramener ce taux au niveau de nos voisins belges ou espagnols, nous effectuerons des économies par milliards d’euros. Parce que quand on greffe un malade, on fait l’économie de dialyses à répétition. Selon la fondation Greffe de vie, sur 14 ans, cela rapporterait 8,4 milliards d’euros d’économie… C’est quand même considérable, surtout lorsque l’on cherche des moyens pour sauver notre système de santé."

Source : Mariane

Jean-Louis Touraine: "Algunos de los equipos de recogida, a falta de una formación suficiente, preguntan a la familia de un difunto qué piensan de una posible donación.
Sin embargo, en otros países que aplican el principio del presunto consentimiento, no se pregunta a las familias qué es lo que deben hacer. Más bien, ¿cuál era la opinión de la persona en vida? ¿Se inscribió en un registro de rechazo, escribió un documento para decir que estaba en contra? 
i no es así, debe haber una muestra.
Ahora bien, eso no es lo que sucede en nuestro país. Es un error pedir la opinión de la familia. Porque cuando hay cinco o seis personas en una familia, a menudo hay una que tiene estados de ánimo por varias razones. Y basta con que alguien se oponga a la muestra para que todo el proceso se estropee..."

"... A veces puede haber reticencias de origen cultural o religioso, por supuesto. Sin embargo, observo otro fenómeno, esta vez en el lado de los cuidadores. Hay equipos de extracción de muestras que practican una especie de autocensura, que no hablan a las personas de origen extranjero de la necesidad de la extracción."
"A veces oigo decir que sería costoso remediar esta situación. Pero lo más increíble es que el aumento de las exacciones, además de salvar vidas humanas, reportará un beneficio financiero al Estado. Si logramos aumentar el número de trasplantes renales para que este porcentaje vuelva al nivel de nuestros vecinos belgas o españoles, ahorraremos miles de millones de euros. Porque cuando trasplantas a un enfermo, te ahorras la diálisis repetida. Según la Fundación de la Secretaría de Vida, a lo largo de 14 años, esto reportaría 8.400 millones de euros de ahorro… Aún así, es considerable, especialmente cuando buscamos formas de salvar nuestro sistema de salud."


Fuente : Mariane
 

escroquerie manipulation fraude du nom légal thierry kabile trafic d'organes

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire